Organiser les obsèques d’un proche : quelles sont les priorités ?

obsèques

Le décès d’un proche constitue sans doute une des épreuves les plus difficiles à vivre, quelle que ce soit l’époque ou la situation personnelle de chacun. En plus du deuil et du chagrin provoqué par ce funeste évènement, il faut faire face au stress de l’organisation des obsèques. Pour vous guider dans cette opération douloureuse et fastidieuse, voici le listing des éléments à préparer afin de dire adieu à un proche récemment décédé dans les meilleures dispositions.

Les démarches administratives

Comme le précise la société Néo Funéraire, la première étape à réaliser après le trépas d’un proche consiste à solliciter un acte de décès auprès de la mairie. Ce document vous sera utile pour diverses opérations comme celles effectuées auprès de l’assureur, de la société de services funéraires ou de la caisse de retraite. Pensez donc à le demander en plusieurs exemplaires. Vous disposez de 24h pour effectuer la démarche. Vous aurez besoin d’un certificat médical de décès délivré par un médecin. Si le décès survient dans un hôpital, c’est l’établissement qui se charge de la production de ce document. S’il se produit dans une résidence privée, vous serez dans l’obligation de faire appel à un médecin. Pour compléter votre dossier auprès de la mairie, vous devrez également joindre le livret de famille et un document d’identité. Le déclarant est aussi invité à fournir une copie d’une pièce nationale valide pour réaliser la démarche.

L’annonce du décès

Après avoir régularisé la situation du défunt auprès de l’administration, vous allez devoir aborder l’étape la plus difficile dans l’organisation des obsèques. Il s’agit de l’annonce du décès auprès de la famille proche et des amis. L’opération demande beaucoup de tact, surtout si vous avez affaire à une personne émotive ou avec une condition médicale grave comme une maladie cardiaque. Il faut également tenir compte de divers facteurs comme le degré de proximité avec le défunt. Pour que l’annonce soit la moins douloureuse possible, évitez autant que possible de la faire au téléphone. Privilégiez les rencontres de préférence dans un lieu paisible, loin des regards indiscrets. Les pleurs seront sans doute inévitables d’un côté comme de l’autre. Du coup, pensez à garder une bouteille d’eau et des calmants à portée de main. Enfin, le choc de la découverte du décès sera moins important si vous faites l’annonce avec, au moins, un autre proche.

L’organisation du recueillement

Selon votre culture, vous pouvez choisir d’incinérer ou d’inhumer le corps du défunt. Le déroulement de la cérémonie varie aussi en fonction de vos références et de vos traditions. En général, les funérailles interviennent 3 à 4 jours après le décès après un délai de recueillement au funérarium. S’il n’y a pas de règle en la matière, sachez toutefois que la loi française vous oblige à respecter un intervalle d’au moins 24h entre la confirmation de la mort et la mise en terre ou la crémation. Le recueillement peut se faire soit dans une chambre mortuaire, soit une chambre funéraire. Il est également possible de l’organiser au domicile du défunt. Pour que l’évènement se déroule dans les meilleures conditions, communiquez l’adresse et les modalités de recueillement via un faire-part de décès ou un avis de décès dans le journal.

Les dernières volontés

Pour organiser les obsèques d’un proche, il est impératif de tenir compte de ses dernières volontés. Celles-ci vont en effet permettre de guider la cérémonie d’inhumation ou de crémation. Elles vous permettront par ailleurs de mieux préparer le recueillement. Les dernières volontés du défunt peuvent en effet inclure des demandes spécifiques comme le rassemblement de toute sa famille ou l’organisation des funérailles dans un lieu symbolique. Elles peuvent être couchées par écrit sur un simple papier ou recueillies par une société de services funéraires. Notez que la loi vous oblige à respecter ces directives et prévoit même des sanctions. Dans le cas où le défunt n’a laissé aucune dernière volonté, il revient à la famille de trouver un consensus pour l’organisation des funérailles. En cas de désaccord profond, cependant, entre les différents membres, le tribunal d’instance peut être saisi. Dans ce cas, le plein droit est remis à la personne qui a noué le plus de lien avec le défunt.

Engager une société de pompes funèbres

Comme vous pouvez le constater, organiser les obsèques d’un proche nécessite du temps et beaucoup de méthode. Pour vous décharger d’une partie du poids d’une telle entreprise, il peut être intéressant de faire appel à un service de pompes funèbres. La société choisie va se charger de toutes les démarches à votre place. Elle s’occupe notamment de la régularisation de la situation du défunt auprès de l’administration. Il prend également en charge l’organisation du recueillement en trouvant une chambre funéraire. Il veille d’ailleurs à l’aménager et à commander des fleurs pour la décoration. Notez que certaines sociétés sont agréées par la préfecture, ce qui leur permet d’accéder à des lieux spécifiques. Enfin, la société de pompes funèbres assure le transport du défunt, la conservation de son corps et la réalisation de l’inhumation ou de la crémation.

Plan du site